Le plus dur, c’est de commencer.

On m’avait dit que je n’y arriverai jamais, que je ferai mieux de me trouver une carrière avant d’être dépassée.
Qu’un millier de choses iraient mal et qu’il valait mieux rester. Que je me ferais enlever et qu’on me reverrait plus. Que j’aurais pas assez d’argent, que ça ne valait pas le coup.
Je me suis dit que de toutes façons j’arriverais à rien, et qu’il valait mieux que je garde mon opinion pour moi. Que j’avais aucun talent et qu’une reconversion s’imposait.
On m’a dit beaucoup de choses, et j’en ai écouté aucune.

Et c’est comme ça que je me suis retrouvée au devant d’un Peugeot Boxer qui a presque mon âge, l’ordi sur les genoux et les pieds sur le tableau de bord, mon mec à mes côtés qui conduit vers l’Espagne.
Je vous montrerais bien une photo mais le pare-brise est dégueulasse.

Me voilà donc moi et mon blog. Fidèle à ma génération.
J’ai mis longtemps à me décider de publier quoi que ce soit alors qu’il m’attend sagement depuis quelques mois. Je me disais qu’il fallait que je tienne l’article parfait pour l’introduire, que sans lui personne n’y prêterai attention. Sauf qu’en attendant d’écrire le blog qui retournera le monde, il faut bien écrire l’intro.
Je pense que c’est ça, la morale de ce texte – si il y en a une. Vouloir démarrer en étant génial, c’est ne pas vouloir démarrer du tout.

Si vous avez l’habitude de me lire, vous saurez à quoi vous attendre. Du féminisme, des gens et des grosses opinions. J’espère que ça vous plaira autant qu’à moi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s